RIEN DE MOINS !

BobPar Bob Avakian, leader révolutionnaire, auteur et architecte du nouveau communisme révolutionnaire

À toutes et à tous celles et à tous ceux qui se sont soulevés avec tant de force et manifestent pour dire «Plus jamais ça!» après le meurtre de George Floyd et tous les autres meurtres commis de sang-froid par la police.

À toutes celles et à tous ceux qui se sont inspirés de ce soulèvement si juste.

À toutes celles et à tous ceux dont les œillères ont été arrachées de leurs yeux et qui ont été amenés à réfléchir à nouveau sur le type de pays dans lequel nous vivons.

Cela pose les plus grandes questions sur ce dont les gens du monde entier ont besoin pour vivre pleinement en tant qu’êtres humains :

LA FIN DU RACISME INSTITUTIONNALISÉ ET DU MEURTRE PAR LA POLICE, RIEN DE MOINS !

LA FIN DE TOUTE FORME D’UTILISATION, D’ABUS ET DE BRUTALISATION DES GENS, OÙ QU’ELLES SOIENT, RIEN DE MOINS !

images

Nous avons besoin d’un monde sans suprématie blanche et masculine – un monde où personne n’est considéré comme « étranger » – un monde sans guerre, où les gens de la planète entière, avec une belle floraison de diversité, agissent ensemble pour le bien commun et sont vraiment les gardiens de la terre.

CE N’EST PAS SEULEMENT UN RÊVE.
Cette possibilité est démontrée avec force dans ce soulèvement populaire, de toutes les races et de tous les genres, de toutes les régions du monde, qui refusent de se taire ou de rester passifs alors que toute cette oppression et brutalité continuent.

POUR RENDRE TOUT CELA RÉEL, NOUS AVONS BESOIN DE:

LA RÉVOLUTION – RIEN DE MOINS !

Un plan stratégique sur la manière de faire cette révolution ainsi qu’une vision globale et un projet concret pour un monde radicalement différent et bien meilleur, où tout cela peut devenir possible—se trouve dans le travail que j’ai effectué, y compris la Constitution pour la nouvelle République socialiste d’Amérique du Nord.

Vous pouvez en apprendre davantage sur cette révolution et participer à sa réalisation en vous rendant sur revcom.us et en vous joignant aux revcoms.

Il n’est pas nécessaire de vivre dans ce monde où une si grande partie de l’humanité souffre inutilement sous ce système de capitalisme-impérialisme qui ne peut exister sans exploiter et dégrader les gens, étouffant leur humanité et les tuant sans pitié. Nous pouvons faire beaucoup mieux ! N’écoutez pas ceux qui disent que «ça ne peut jamais arriver». Regardez autour de vous – ce qui semblait impossible hier se produit maintenant ! Révolution, pourquoi devrions-nous nous contenter de moins ?

le 2 juin 2020
—————————————————————————————————————————————

Justice pour George Floyd !
Justice pour Adama !
Justice pour toutes les victimes de la brutalité policière en France,
aux Etats-Unis et partout dans le monde !
Envoyez les meurtriers en taule – le système entier est coupable — Balayons-le !

Pour des analyses, vidéos et débats sur le mouvement actuel aux EU, ainsi que le projet révolutionnaire de Bob Avakian, visitez le site revcom.us.

En France contactez-nous ici ou à dlarue2016@mail.com

Twitter : Le NouveauCommunisme

Facebook : LeNouveauCommunismeEnFrance

La patriarchie et la violence sexuelle ne disparaîtront pas tant que le capitalisme-impérialisme n’est pas détruit

588331e02ead5marche-des-femmes_anti-trump[1]A tout le monde qui veut se soulever avec les femmes dans les rues du Chili au Mexique, en Inde et en Italie pour exiger la fin des violences sexuelles et du féminicide, qui se met debout avec des personnes LGBTQ au Brésil et des femmes qui refusent le hijab en Iran. A toutes et à tous qui n’acceptent plus un monde où les femmes sont subordonnées, dominées, humiliées, battues, mutilées et assassinées afin qu’elles restent à ‘leur place’…

Lire la suite

Briser les chaines, déclenchez la furie des femmes comme une force puissante pour la Révolution!!!

46514607_292726021357468_2554129081411043328_oQuatre femmes tuées chaque jour au Brésil – un féminicide en France tous les 3 jours… si elles existent, les lois ne suffisent pas, que ce soit au Nigeria, en Inde ou au Pakistan, ou en Europe. L’explosion sociale trop longtemps déférée contre les crimes violents, le harcèlement et les agressions sexuelles expose une blessure béante et profonde divisant toutes les sociétés, «modernes» et moins modernes: de multiples formes d’humiliation, d’oppression, d’exploitation et de violences menacent ou dégradent la vie quotidienne de la moitié de l’humanité. Son échelle mondiale est le cri d’alarme du besoin urgent de cibler le système capitaliste à l’origine de tout ça et d’y mettre fin pour l’humanité dans son ensemble.

La violence contre les femmes, leur subordination et les rapports sociaux dont celles-ci font partie, sont profondément enracinés dans l’organisation patriarcale de la société depuis des milliers d’années et dans la puissance des idées traditionnelles réduisant des femmes à la propriété des hommes, à des objets sexuels ou à des couveuses et des mères. Ces idées et ces ‘rôles’ prescrits et renouvelés se trouvent au cœur de toutes les religions et codes moraux dominants et s’intègrent dans tous les aspects des sociétés au 21e siècle.

Aujourd’hui la montée rapide de la droite et du fascisme dans plusieurs pays renforce davantage cette réalité (USA, Italie, Pologne, Brésil, Turquie…). Et à part Sur FB ou à dlarue2016@mla suppression des lois et des choix que l’on considérait acquis comme l’avortement, on voit la légitimation du viol, du féminicide, et des attaques grotesques contre les LGBTQ dans un climat de misogynie franche. Entre tant d’autres graves dangers, le déchirement ou incarcération des familles et la destruction de centaines de milliers de vies de migrants annonce brutalement l’avenir que ces fascistes nous réservent si nous ne nous débarrassons pas du système qui les engendre.

La patriarchie et la violence sexuelle ne disparaîtront pas tant que le capitalisme-impérialisme n’est pas détruit. Pour transformer les rapports entre les femmes et les hommes – entre tous les gens quel que soit leur sexe – il faut en finir avec ce système qui produit et reproduit les cauchemars que subissent les femmes à travers le monde: un changement bien plus profond et ambitieux est nécessaire et possible – la révolution – si on veut se donner la possibilité de se débarrasser de la société patriarcale et prédatrice une fois pour toutes.

Cette révolution aura pour objectif de construire un état et une société entièrement différents et bien meilleurs. Elle envisage un ordre social qui n’est plus fondé sur l’exploitation humaine, la soumission des femmes, l’injustice, les frontières, les murs et la destruction de la planète. Elle vise l’élimination des divisions sociales antagoniques que le capitalisme nourrit ainsi que la transformation radicale de la culture, la science, l’idéologie « moi (et mon pays) en priorité » ainsi que l’économie qui les sous-tend. Un mouvement révolutionnaire qui fait partie d’un processus mondial et d’une vision émancipatrice globale pour l’humanité. Ce n’est pas un rêve lointain, impossible et hors portée comme certains le méprisent, même si plus difficile que juste de croiser les doigts. Et la situation actuelle est-elle tolérable? La conception, la science et la stratégie pour une telle révolution existent, développées dans le nouveau communisme de Bob Avakian. Explorez le site revcom.us et le blog nouveaucommunismefrance@wordpress.

Accélérons la lutte contre la culture de prédation et transformons-la en mouvement contre la source du problème ! Il faut que le ras-le-bol, la furie et la prise de conscience soient dirigés contre le système qui engendre et multiplie ces horreurs, sachant que les institutions et la structure même des sociétés patriarcales agissent pour la plupart à limiter et/ou à tenter de réorienter toute lutte qui les met en cause. Mais travailler dans ce sens a une réelle importance pour contribuer au développement d’une révolution dans la perspective de parvenir à la société différente, libératrice, la seule véritable possibilité de mettre fin à ces cauchemars.

Contactez-nous sur facebook : le nouveau communisme en France ou à dlarue2016@mail.com. Regardez la vidéo (en anglais, espagnol) Why we need an actual revolution and how we can really make revolution.

The NEW COMMUNISM / El NUEVO COMUNISMO

téléchargementLe NOUVEAU COMMUNISME : La science, la stratégie, la direction pour une véritable révolution et une société radicalement nouvelle sur la route vers l’émancipation.

Ce livre est destiné à toutes celles et tous ceux qui se préoccupent de l’état du monde et la condition de l’humanité, qui s’inquiètent de la possibilité d’un changement fondamental. Il analyse scientifiquement le système du capitalisme-impérialisme et ses contradictions insolubles et affronte les défis auxquels fait face le mouvement pour la révolution aujourd’hui, tout en forgeant un moyen d’avancer…

L’auteur, Bob Avakian, est l’architecte de la nouvelle synthèse du communisme. Celle-ci représente à la fois une continuation de la théorie communiste et un développement qualitatif de cette théorie. La nouvelle synthèse du communisme a secouru et défend le fond scientifique du marxisme te les révolutions prolétaires du 20e siècle, tout en critiquant et répudiant leurs faiblesses secondaires ainsi que les aspects conceptuels du passé qui sont allés à l’encontre de la nature libératrice du communisme.

Ce livre et les écrits de Avakian rendent la théorie même complexe accessible à un large public. Il se fonde sur des décennies de travail consacrées à avancer la science du communisme ainsi que sur son expérience comme dirigeant communiste révolutionnaire.

Arrêtons ce cauchemar du capitalisme-impérialisme ! Ce système ne peut être reformé – il faut le renverser !

nouveaLes manifestants contre le G7 et ailleurs sont nombreux à dénoncer le système capitaliste comme la source de toutes les inégalités sociales et souffrances quotidiennes intolérables… mais combien d’entre nous travaillons activement aujourd’hui pour une
véritable solution révolutionnaire pour à mettre fin à ces horreurs? Pour mobiliser les autres pour abattre ce monstre et s’attaquer à tous ces problèmes gigantesques actuels, guidés par une vision scientifique de la construction d’une société – et d’un monde – radicalement différents?

Pour un monde sans frontières! Basta ya ! l’incarcération des migrants dans des camps de concentration et de torture en Libye, aux USA à la frontière mexicaine et ailleurs. On ne tolère plus Trump terroriser et arracher les enfants de leurs familles, les Macron et Salvini bloquer les bateaux secourant les réfugiés ayant survécu la traversée périlleuse de la Méditerranée, fuyant leurs pays en détresse -causée par ce même système criminel qui ensuite criminalise les migrants.

– mettons fin au système dont les états cherchent à tout prix à mieux se positionner géo-stratégiquement dans le pillage, l’exploitation et le viol des peuples et ressources du monde, déclenchant des guerres meurtrières et détruisant la planète dans son passage…

– au système en crise dont les classes politiques se disputent le meilleur mode de gouverner : une partie d’entre elles cherchent à maintenir les atours de la démocratie libérale tout en virant à droite à toute allure ; l’autre consolide le fascisme de manière hallucinante et grotesque, comme Trump /Pence et la version en herbe européenne aussi très dangereuse (Italie, Hongrie, Pologne et plus loin Turquie et le Brésil, sans oublier des prétendants en plein essor comme Le Pen, l’AFD, etc.); mais si ces deux fractions du pouvoir capitaliste bourgeois diffèrent à propos du comment renforcer l’impérialisme au mieux, c’est une querelle entre réactionnaires; et toutes les deux crachent sur la justice et les lois encombrantes en intensifiant partout la répression, y compris contre les résistances que les atrocités du système ne cessent d’activer;

– ¡No Más ! Leurs politiques qui attisent les contradictions sociales et dont ils se servent pour diviser davantage les gens au sein de la société et pour monter les peuples des pays riches contre ceux des pays qu’ils dominent et oppriment ;

– débarrassons nous de ce système pourri, barbare, raciste et patriarcal qui rabaisse,  et violente les femmes, et dont la police harcèle en permanence ou tue les jeunes arabes et noirs, alimentant et légitimant davantage la suprématie blanche et xénophobie ambiantes ;

– et de cet ordre social étouffant qui anéantit les espoirs et les aspirations des gens pour une vie et un monde dignes…

Nous avons une science compréhensive, le nouveau communisme. Développée par Bob Avakian, leader communiste révolutionnaire, celui-ci a aussi élaboré un projet de base pour préparer une révolution fondée sur cette science.

Le nouveau communisme envisage une société qui éliminerait toutes les injustices et toutes les formes d’exploitation et d’oppression, ainsi que les ravages de la nature. Un système social différent peut, sous la direction d’un nouveau pouvoir politique ,révolutionnaire, s’adresser à la planète en péril, se mettre à réparer les dégâts du passé capitaliste et réorganiser l’économie de manière durable, rationnelle et socialement juste. De cela peuvent naître de nouveaux rapports humains et sociaux ainsi qu’ouvrir de nouvelles perspectives pour une effervescence culturelle, intellectuelle et créatrice, domaines qui ne seront plus réservés à une minorité d’élites. Comment déraciner le patriarcat, le racisme, et des valeurs sociales répugnantes? Comment créer une société
dont le point de départ n’est pas ‘moi et mon pays’ mais les intérêts de l’humanité? C’est un projet aussi concret que visionnaire et émancipateur.

Donc remettre en cause le système entier ne veut pas dire ‘attendre’ comme on entend souvent en guise de défense des approches réformistes. Au contraire ! Il est urgent de construire maintenant un vrai mouvement pour la révolution. Supplier et/ou  ‘domestiquer la bête’ au profit d’une partie des populations au sommet de la chaîne alimentaire n’est pas une solution -mais c’est celle qui est proposée partout par diverses voix. Propager des foutaises et des illusions dangereuses qu’il est possible «d’humaniser» le capitalisme ne rend aucun service -sauf aux classes au pouvoir, leurs idéologues et institutions. C’est bien plus facile qu’une solution révolutionnaire mais cela ne fait que perpétuer et en fait participer aux crimes du système actuel, même contre notre volonté et bonnes intentions.

La révolution est un chemin difficile. Mais possible ! Question qu’aborde Avakian aussi dans son discours filmé Why we need an actual revolution and how we can really make revolution. Allez au site revcom.us pour découvrir ses écrits (dispos en anglais, espagnol, farsi et turc) et son leadership et pour engager cette perspective… et puis vous pouvez nous contacter aux adresses

Aidez-nous à traduire de l’anglais ou de l’espagnol pour rendre les textes dispo aux francophones !

 

No es possible reformar este sistema –

hay que derrocarlo!

Los manifestantes contra el G7 y en otros lugares son numerosos para denunciar el sistema capitalista como la fuente de todas las desigualdades sociales y el sufrimiento diario intolerable … pero ¿cuántos de nosotros estamos trabajando activamente hoy para que una verdadera solución revolucionaria termine estos horrores? ¿Movilizar a otros para derribar a este monstruo y enfrentar todos estos problemas gigantescos, guiados por una visión científica de la construcción de una sociedad y un mundo radicalmente diferentes?

¡Para un mundo sin fronteras! Basta ya el encarcelamiento de migrantes en campos de concentración y la tortura en Libia, los Estados Unidos en la frontera mexicana y en otros lugares. Es intolerable que Trump aterroriza y arrebata los niños a sus familias, que Macron y Salvini bloquean los barcos que rescatan a los refugiados que sobrevivieron al peligroso cruce del Mediterráneo, huyendo de sus países en apuros, causados por el mismo sistema criminal que luego criminaliza a los migrantes.

  • Pongamos fin al sistema cuyos estados buscan a toda costa posicionarse mejor geoestratégicamente en el saqueo, la explotación y la violación de los pueblos y recursos del mundo, desencadenando guerras mortales y destruyendo el planeta a su paso …

  • al sistema en crisis en el que las clases políticas luchan por el mejor modo de gobierno: una parte de ellas busca mantener la estructura de la democracia liberal mientras que gira a la derecha a toda velocidad; la otra parte consolida el fascismo de manera alucinante, como Trump/Pence y la versión europea también muy peligrosa (Italia, Hungría, Polonia y más lejos Turquía y Brasil, sin mencionar pretendientes en auge como Le Pen, el AFD, etc.); pero si estas dos fracciones del poder capitalista burgués difieren sobre cómo fortalecer el imperialismo, es una disputa entre reaccionarios; y ambas escupen sobre la justicia y las leyes engorrosas al intensificar la represión en todas partes, incluso contra las resistencias que las atrocidades del sistema siguen activando;

  • ¡No más! Sus políticas que aumentan las contradicciones sociales y las utilizan para polarizar aún más a la sociedad y para exacerbar las divisiones entre los pueblos de los países ricos y pueblos de países dominados y oprimidos;

  • deshagamos de este sistema podrido, bárbaro, racista y patriarcal que degrada, subyuga y abusa de las mujeres, y cuya policía constantemente acosa o mata a jóvenes árabes, negros y extranjeros, alimentando y legitimando aún más la supremacía blanca y la xenofobia imperantes;

  • y de ese sofocante orden social que destruye las esperanzas y aspiraciones para una vida y un mundo dignos…

Tenemos una ciencia y se llama el nuevo comunismo. Fue desarrollado por Bob Avakian, líder comunista revolucionario, quien también elaboró un proyecto básico para preparar una revolución arraigada en esta ciencia.

El nuevo comunismo visualiza una sociedad que eliminaría todas las injusticias y todas las formas de explotación y opresión, incluidos los estragos de la naturaleza. Bajo un liderazgo de un nuevo poder político revolucionario, un sistema social diferente puede abordar el planeta en peligro, reparar el daño del pasado capitalista y reorganizar la economía de una manera sostenible, racional y socialmente justa. De esto pueden surgir nuevas relaciones humanas y sociales, así como abrir nuevas perspectivas para la efervescencia cultural, intelectual y creativa, áreas que ya no serán reservadas para una minoría de élites. ¿Cómo desarraigar el patriarcado, el racismo y los repugnantes valores sociales? ¿Cómo crear una sociedad cuyo punto de partida no sea ‘yo y mi país’ sino los intereses de la humanidad? Es un proyecto tan concreto como visionario y emancipador.

Por lo tanto, incriminar todo el sistema no significa « esperar », ya que a menudo se usa como defensa de los enfoques reformistas. ¡Al contrario! Es urgente construir ahora un movimiento real para la revolución. Suplicar y/o ‘domesticar a la bestia’ para algunas de las poblaciones en la cima de la cadena alimentaria no es una solución, pero es la que ofrecen varias voces en todas partes. La propagación de ilusiones peligrosas de que es posible « humanizar » el capitalismo no le sirve a nadie, excepto a las clases en el poder, sus ideólogas y instituciones. Es mucho más fácil que una solución revolucionaria, pero perpetúa y realmente participa en los crímenes del sistema actual, incluso en contra de nuestra voluntad y nuestras buenas intenciones.

La revolución es un camino difícil. ¡Pero posible! Pregunta que aborda Avakian también en su discurso filmada ¿Por qué nos hace falta una revolución real y cómo concretamente podemos hacer la revolución? (Película en inglés, texto disponible en español). Vaya al sitio revcom.us para descubrir sus escritos y su liderazgo y para comprometerse con esta perspectiva … y puede contactarnos así: dlarue2016@mail.com

Soutenez le soulèvement des femmes en Iran contre 40 ans du hijab obligatoire ! Luttez contre l’oppression et la patriarchie dans le monde entier !

52776046_1165586146937005_2591265722294337536_n.jpgDes militantes clandestines en Iran ont demandé la solidarité internationale dans la lutte des femmes contre le port obligatoire du hijab. Cet appel important est soutenu par des ouvriers révolutionnaires iraniens, des artistes, des enseignants et des étudiants. Cette année marque le 40e anniversaire du soulèvement des femmes iraniennes contre le décret du régime islamique imposant le port du hijab aux femmes. Ce «décret du hijab» a inauguré l’ascension au pouvoir d’un régime théocratique fasciste en Iran. L’État islamique a adopté la loi charia qui régit tous les aspects de la vie privée et publique, y compris l’âge du mariage, la garde des enfants, la succession, l’accès à l’éducation et à l’emploi, les voyages et la sexualité. Bref, le corps et les droits des femmes étaient sous le contrôle du régime impitoyable et violent de la charia. Lire la suite

Raison de plus pour se débarasser du système! Les gilets jaunes s’affrontent à l’ordre établi

giletjauneLe mouvement des gilets jaunes secoue la France depuis 3 mois, posant de nombreuses grandes questions sur la société française et la démocratie. Nous l’abordons sous l’angle de la signification de la crise actuelle.

Les gilets jaunes ont ouvert une brèche en déstabilisant la paix social trop peu contestée en France, malgré le caractère contradictoire du mouvement et toute la diversité de positions socio-économiques, géographiques et de positionnement politique qu’il répercute. La convergence récente avec d’autres mouvements sociaux ainsi que le soutien de personnes ne portant pas forcément le gilet- notamment après les agressions policières extrêmes sponsorisées par l’état- a rajouté à l’hétérogénéité générationnelle et politique, attirant plus de jeunes et d’étudiants s’opposant par exemple à la réforme qui multiplie par 15 les frais d’inscription aux facs pour les étrangers non-européens (sans parler de la récente loi de patriotisme obligatoire imposant la présence du drapeau français, européen et de la Marseillaise dans toutes les salles de classes).

Les gilets jaunes se trouvent confrontés à un système qu’ils supplient, par d’impressionnantes manifestations de rue et blocages de ronds-points tenaces à travers le pays, de leur distribuer de meilleures cartes dans le grand jeu économique inégal en France. Les difficultés de « fins de mois » et toutes les conséquences quotidiennes que les gilets jaunes exposent ces dernières semaines sont réelles pour ces couches de la classe moyenne. Vivant dans un pays riche comme la France, ils s’attendent à bien plus et estiment qu’ils méritent mieux.

Le système capitaliste-impérialiste fait face à une crise globale à la fois économique et politique et les réformes que Macron et sa classe politique mettent en place pour faire mieux fonctionner les structures financières de l’état augmentent certes les pressions économiques sur une partie inférieure de la classe moyenne moins lotie. La perception toute à fait vraie des gilets jaunes que Macron et son gouvernement représentent les intérêts «des riches» les unit jusqu’à un certain point et les GJ s’attendent à ce qu’ils répondent à leurs besoins et qu’ils les ‘consultent’ avant d’imposer des taxes et d’autres réformes 1) parce que leurs besoins sont légitimes, et 2) parce qu’ils sont français et la France est une démocratie.

Un problème central de ce mouvement est que bon nombre de ses adhérents ne font front ni à la nature du système dont ils combattent une partie des effets néfastes, ni de l’État qui le représente.

Un système démodé et vétuste mais agressif et toujours aussi meurtrier

Il faut démystifier l’idée sans contenue de classe que le gouvernement travaille pour « le peuple » dans son ensemble. Son objectif en tant que représentant des intérêts de toute une classe, la bourgeoisie, est d’assurer l’expansion du capitalisme-impérialisme, et de renforcer la position de la France dans le champ de bataille impitoyable parmi les puissants pays-prédateurs cherchant chacun à devancer sinon ‘avaler’ les autres.

Encore plus important que les différences socio-économiques relatives (mais réelles) au sein des classes moyennes en France, est le fait que le capitalisme-impérialisme est un système parasitaire global qui s’alimente et se grossit sur la base de l’exploitation et la domination de nations et peuples ainsi que le pillage de leur travail et leurs ressources. Cela veut dire que la majorité des richesses accumulées en France (comme dans tous les pays impérialistes), et permettant un bon niveau de vie pour les gens vivant sur son territoire, provient de ces rapports sociaux façonnés pour la plupart par l’organisation de l’appropriation des richesses produites par les peuples du monde. Victimes de ces dynamiques de l’impérialisme, les conséquences désastreuses sont bien connues pour de vastes parties de la planète où les gens ne mangent pas à leur faim, subissent des conditions de vie épouvantables et oppressantes, n’ont pas de services et d’infrastructures adéquats et meurent en nombre incomparable à l’Occident : la France en porte une grosse responsabilité et se positionne pour commettre d’autres crimes encore.

Ces réformes contestées du gouvernement français ont lieu dans la conjoncture internationale où la France est contrainte non seulement de se rendre plus compétitive mais de maintenir et élargir son sphère d’influence sur le plan militaire. Ces deux axes prioritaires ne sont pas dissociables pour les impérialistes bien qu’ils développent des politiques distinctes selon leur besoins de court- et de moyen-terme et par rapport à leurs concurrents. Les monstres cravatés et souriant gouvernent un système qui calcule froidement ses gains politiques sinon financiers sans le moindre scrupule sur l’impact des ventes des armes françaises, que ce soit au Yémen ou ailleurs. La nécessité pour les impérialistes français les poussent à faire le maximum pour garder le contrôle sur leur ancien empire colonial en Afrique et pour empêcher leurs rivaux d’en faire autant. Ils s’impliquent au Moyen Orient pour mieux se positionner dans les enjeux géostratégiques et protéger leurs intérêts. Ils votent de nouvelles politiques réactionnaires contre les réfugiés fuyant ces mêmes pays et régions que la France (entre d’autres puissances impérialistes) a contribué à appauvrir, dévaster, ou transformer en théâtres de guerres sanglantes : des situations sur lesquelles les gens risquant leur vie pour s’approcher à la forteresse Europe pour survivre non pas le moindre contrôle.

En France le système écrase ou marginalise plus ou moins en permanence des populations considérées ‘accessoires’, qui ont souvent compris bien mieux que les gilets jaunes ce que le système les réserve et qui n’ont pas rejoint ce mouvement pour la plupart… que ce soit les immigrés ou sans papiers, les banlieues en colère, le grand nombre de chômeurs qui ne vont jamais se ‘recycler’ à partir d’un certain âge, les retraités, ou même certaines catégories de travailleurs instables et/ou étrangers. La classe politique se fiche royalement de ces couches sociales plus démunies du moment où les révoltes ne grondent pas trop fort contre leur situation, contre les meurtres policiers des jeunes noirs ou de migrants, contre les logements piège mort comme à Marseille, les violences sexuelles ou tant d’autres exemples de leur existence quotidienne.

L’État et la crise politique : la république démocratique sort ses griffes sur fond de ‘débats nationaux’

L’éruption du mouvement des gilets jaunes et la fenêtre qu’il a ouverte sur la société a dévoilé davantage la crise politique de la démocratie libérale à laquelle les classes dirigeantes font face actuellement. Les efforts de Macron pour renforcer la position de la France- et la sienne en tant que chef politique de la bourgeoisie- sont étroitement liés à la nécessité d’affronter cette crise où les anciens modes de gouvernance adoptés après la deuxième guerre mondiale ne correspondent plus aux besoins de l’impérialisme. Tout en jetant dessous bord la sociale démocratie, processus déjà entamé par ces prédécesseurs, Macron représente ceux qui cherchent à préserver la démocratie bourgeoise libérale et à maintenir sa colonne vertébrale et l’ancienne alliance au sein de l’Union européenne.

L’autre « solution », celle recherchée par une minorité croissante mais organisée de la classe politique française et devenue bien moins ‘impensable’ comme avant, est de suivre l’exemple des régimes ouvertement fascistes en Europe et ailleurs dans le monde qui se multiplient en s’accélérant depuis l’élection du régime fasciste Trump et Pence, qui se consolide à un rythme vertigineux et sans précédant. En Europe il suffit de regarder la montée de l’AFD en Allemagne, de Salvini en Italie, d’Orban en Hongrie, de Kurz en Autriche, ou la Pologne, etc…

La ‘famille politique’ facho autour de Le Pen, s’appuyant sur une base sociale et un parti politique développés depuis longtemps en France, se réjouit des difficultés de Macron et s’organise activement pour faire gagner en crédibilité son programme fasciste. Un danger réel existe : ce n’est pas seulement que les fascistes en France comptent profiter grandement de la crise politique aiguisée par les GJ, mais la bourgeoisie, ses médias et le terrain contradictoire de la lutte lui-même les normalisent davantage tous les jours, sans qu’il y ait une véritable mise en cause de ce danger et du système qui l’engendre. Aussi tout cela a lieu dans un contexte où le virage vers la droite a déjà exercé une forte influence sur la société française et en Europe depuis un moment ; un exemple notable est le déclenchement d’une réaction xénophobe et toxique face au flux migratoire des réfugiés fuyant la Syrie et d’autres régions, qui s’est répandue également contre les étrangers déjà établis en Europe.

Malgré les divisions au sein de la classe politique française sur la solution précise à adopter en général (entre autre le pétrin royal du Brexit dans le rétroviseur) ces « options » représentent différentes formes de la même dictature de classe, celle de la bourgeoisie, face aux gens vivant en France -quelles que soient leurs origines.

Si cela n’est pas évident pour certains, on n’a qu’à comparer les réponses des libéraux bourgeois comme Macron avec celles des régimes ou partis fascistes en matière d’immigration et de protection des frontières nationales et autour de l’Europe. Salvini et Orban ferment brutalement la porte au nez des réfugiés avec un discours raciste sans nuance. Le gouvernement de Macron détruit les camps de réfugiés comme à Calais et vote une loi anti-migrants pour les gérer et ‘dissuader’ au Maghreb avant qu’ils n’arrivent à la frontière française, empêche les bateaux de débarquer aux ports français, criminalise les personnes ici qui leur viennent en aide et dénonce les maires exemplaires comme celui de Bayonne qui ouvre des centres d’accueil pour les raisons humanitaires. Malgré les différences secondaires et les disputes sur les chiffres avec leurs homologues chefs d’état même fascistes, ils créent tous l’opinion publique et préparent une politique ‘européenne’ ultra-réactionnaire sur l’immigration.

Si la bourgeoisie continue à se serrer les rangs autour de Macron au nom de la république démocratique libérale en difficulté, elle va sûrement mettre en vigueur une répression plus forte et systématisée pour exercer son pouvoir : les dictatures bourgeoises l’ont souvent fait sans pour autant céder au fascisme. Au cours du mouvement des gilets jaunes, les portes-paroles de la classe politique évoquent constamment le respect des ‘institutions et valeurs républicaines’ tout en cautionnant les méthodes brutales et dangereuses de sa police, rejetant la faute des blessures sur les manifestants ; la police se vante de stratégies d’encerclement plus mobiles contre les multiples protestations simultanées, interpelle des milliers de manifestants (lire fichage), la justice en condamne bon nombre pour actes de violence et la bourgeoisie vote la loi Castener dictant les termes du droit même de manifester.

Un terrain glissant chez les gilets jaunes sur le plan politique et idéologique

Les GJ constituent un mouvement contradictoire dont la conscience du système en face semble limitée, associé au fait qu’il se fond sur des espoirs que la bourgeoisie rectifiera le tir vers une démocratie plus représentative.

Nourrir les illusions sur les possibilités de changer foncièrement la donne fait partie du socle même de la démocratie libérale. Donc premier point de base que ces attentes des gilets jaunes ignorent ou esquivent : la démocratie une est forme de dictature : c’est une démocratie sous les conditions du capitalisme et la domination par la classe capitaliste dirigeante -domination non seulement de la vie économique, sociale et politique, mais de l’arène culturel et des idées. Elle fonctionne sur la base du monopole du pouvoir politique par une classe et l’exclusion des autres de tout exercice réel de ce pouvoir (à lire dans la nouvelle publication de Bob Avakian, Breakthroughs /Percées et à consommer sans modération). Avakian explique de manière limpide le rapport entre la base matérielle du système aujourd’hui et cette démocratie bourgeoise libérale.

Et justement, les gilets jaunes sous estiment par le même coup l’influence de la légitimation des fascistes, et ont tendance à ne pas s’intéresser à l’ensemble du tissue social sur lequel se déroule toute une série de contradictions sociales et de conséquences graves du capitalisme à part celles d’origine plutôt économique dont ils témoignent ; c’est une des raisons que leur mouvement n’a pas touché et mobilisé plus de gens directement et régulièrement accablés par la marginalisation, le sexisme et racisme, l’exclusion ainsi que la matraque des flics et du système judiciaire, etc.

Heureusement bon nombre des participants aux GJ ne s’appuient pas directement sur le droit sacro-saint d’être français ou encore, ‘les intérêts de la France’, pour exprimer leurs doléances. Ce terrain est pourtant propice pour renforcer ces sentiments, comme certaines pancartes et la présence modeste mais visible du drapeau bleu blanc rouge l’indiquent (brandit pas seulement par les fascistes et plus souvent en milieu rural, paraît-il). On n’observe pas une vraie remise en cause de tout cela, dans le but, disent les manifestants, de préserver ‘l’unité du mouvement’. ‘(Le drapeau) c’est leur droit, même si je ne suis pas d’accord’. Le chauvinisme même sans le vouloir ne peut que renforcer la bourgeoisie et le système qu’elle préside. Et le danger de se laisser influencer par des idées fascisantes est certain– ‘la France pour les Français’, ‘protégeons le peu que nous avons contre ceux qui piquent les aides sociales’, ‘serrons-nous les rangs entre nous’ (et pourquoi pas entre «français blancs» comme le disent Trump, Orban et d’autres), et puis, ‘peut-être Le Pen n’est pas si « extrémiste » après tout…’

D’ailleurs les fausses pistes type mélenchoniste non seulement cherchent comme Le Pen à profiter de la situation sur le plan électoral et se revêtissent du bleu blanc rouge comme elle, mais ces non-alternatives d’appellation ‘gauche’ alimentent activement des illusions que le capitalisme peut être « humanisé » et ses effets négatifs atténués -pour certains- par ‘d’autres vraies réformes’. Se contenter de prôner l’amélioration citoyenne du système sous l’emprise de la bourgeoisie sans prendre la responsabilité pour exposer sa véritable nature et ce que cela exige comme seule solution honnête– c’est à dire s’en débarrasser- et mobiliser les gens pour une révolution en vue d’une société complètement différente : Ne pas le dire et ne pas travailler dans ce sens revient à mentir aux gens- que ce soit aux plus avisés qui ont déjà la haine du système mais ne dirigent pas leurs énergies et conscience à y mettre fin, ou à ceux comme les GJ dont beaucoup manifestent pour la première fois.

A travers les semaines de mobilisation contre les réformes et les taxes les gilets jaunes ont la rage en voyant que l’état les prend ‘du haut’ et qu’il les exclue en tant que ‘citoyens’ des décisions importantes. Donc en parallèle de sortir son arsenal répressif de grenades, LBD, gaz, matraques et de mettre en marche sa machine judiciaire, la bourgeoisie organise des débats nationaux en cours avec les ‘maires républicains’ afin d’apaiser la situation et de tenter de ‘remplacer les manifestations infinies par le dialogue’ ; partout les GJ ont accueilli ces débats avec mépris, les qualifiant de campagne électorale pour Macron, ce qui leur servent tout de même de leçon sur le rôle de la démocratie bourgeoise s’ils en prennent bien acte.

Pour la construction d’un véritable mouvement révolutionnaire

Ce qu’il faut en France comme ailleurs c’est de lutter pour un avenir radicalement différent en rupture avec l’impérialisme, pour la construction d’une société radicalement différente qui élimine toutes formes d’oppression et d’exploitation, qui dépasse les rapports sociaux, la moralité et les manières de penser servant de guide aux gens actuellement essayant de survivre dans le jungle capitaliste. Il existe aujourd’hui une vision et une stratégie bien développées, ainsi qu’un leadership, fondés sur la méthode scientifique qui permet de comprendre les dynamiques de la société et comment elle pourrait être transformée par la révolution. Ce nouveau communisme, élaboré par Bob Avakian, il faut le mettre entre les mains des personnes en France qui osent avancer à travers les différentes contradictions et luttes sociales questionnant, certaines, la permanence de l’ordre étouffant actuel et la possibilité de créer autre chose à la place ; ces analyses sont essentielles pour toutes celles et ceux qui veulent commencer à comprendre la vraie situation et contribuer à la transformer en vue de l’émancipation de l’humanité dans son ensemble. C’est la lutte pour cet avenir qui vaut la peine pour y consacrer nos rêves, notre esprit révolutionnaire et nos énergies.

Rejoignez-nous ! Sur facebook : le nouveau communisme en France et par mail: dlarue2016@mail.com

Blog :nouveaucommunismefrance.wordpress.com ; visitez le site revcom.us pour d’autres analyses révolutionnaires

Contactez-nous pour regarder le nouveau film sorti en octobre 2018 du discours de Bob Avakian :

Why we need an actual revolution and how we can really make revolution

Donnez un coup de main avec les traductions anglais-français et/ou espagnol-français !

Pour en finir avec les guerres impérialistes et le système meurtrier actuel: REVOLUTION, RIEN DE MOINS!

cropped-nouvea.jpgNous sommes au centenaire d’un cauchemar qui a coûte des millions et des millions de vies à ‘humanité. La France de Macron accueille Donald Trump et 60 autres chefs d’état pour commémorer ce bain de sang colossal, dont le but des deux côtés de belligérants était de rediviser le monde, et en particulier les colonies et les sphères d’influence. Ces puissances impérialistes cherchaient à arracher les marchés de leurs rivaux et à piller davantage les ressources et exploiter les peuples pour favoriser leurs propres intérêts ; ceci en liaison avec la réorganisation des rapports de domination à l’avantage des vainqueurs, et de même les tentatives d’écraser les mouvements au sein de leurs propres pays.
Mais comme ces conflits n’étaient pas vraiment résolus, surtout pour l’Allemagne, les impérialistes n’ont attendu que vingt ans pour se lancer dans une deuxième guerre mondiale, encore plus destructrice et lourdes en termes de conséquences humaines. En résulte un nouveau partage néocolonial du monde en faveur des États-Unis, la Royaume Uni et la France, ce qui a aussi provoqué une période de luttes anti-coloniales, surtout en Afrique et Asie, et a accéléré la révolution en Chine. Lire la suite

Manifestons contre TRUMP et la commémoration belliciste du 11 novembre


trump-1L’invitation de Macron à Trump pour ‘commémorer’ le premier bain de sang impérialiste à l’échelle mondiale avec d’autres chefs d’état et les anciennes colonies qu’ils ont obligées de combattre pour eux dans la grande guerre, est à la fois appropriée et intolérable. Approprié car ils partagent le mensonge que les guerres mondiales impérialistes ont permis 73 ans de ‘paix’ dans les soi-disant pays démocratiques du Nord. Loin des frontières européennes, ces deux leaders alimentent des guerres brutales avec l’intégrisme islamique et pour la reconfiguration des alliances au Moyen Orient, guerres qui bouleversent la région entière -sans oublier leur soutien énorme à l’occupation meurtrière israélienne de la Palestine- et celle de la zone d’influence de la France en Afrique du Nord et le Sahel.
Lire la suite

Seule la révolution peut sauver la planète!

images (1)Face à l’urgence climatique et aux cris de millions de personnes d’arrêter le massacre de l’environnement, les gros pollueurs de la planète refusent de mettre en vigueur même des mesures dérisoires. Le chef négationniste et anti-science américain du 2e plus grand émetteur de CO2 au monde n’est pas le seul à se moquer des dangers et des conséquences pour l’humanité, soit par inaction, soit carrément en renforçant la production de gaz à effet de serre. Et l’approche superficielle de la France, leader auto proclamé de la CoP21, est très loin du compte. Lire la suite